Les Offices publics de l'Habitat » Centre de ressources » Haute-Savoie Habitat : une certaine idée du bonheur au travail

Haute-Savoie Habitat : une certaine idée du bonheur au travail

Modifié par Salima NEKAA-BOURET le 30/11/2016 15:55
Email Facebook LinkedIn Twitter

Cacher les détails

Auteur(s):  Salima NEKAA-BOURET

Entité: FOPH

Haute-Savoie Habitat s’est engagé dans une démarche d’entreprise libérée, avec pour première conséquence de  laisser chacun gérer son temps de travail.

Il y a un an, en novembre 2015, les salariés de Haute-Savoie Habitat auraient pu entonner l’air (trop ?) connu : « libérée, délivrée »…  L’office s’est en effet engagé à cette date dans une démarche d’entreprise libérée, avec pour première conséquence de  laisser chacun gérer son temps de travail, selon ses impératifs, en lien avec ses collègues. Une révolution qui n’est que la partie la plus visible d’un dispositif très riche.

 

Un informaticien qui travaille debout, en marchant sur un tapis de course. Une salariée qui préfère travailler de chez elle le vendredi. Un autre qui prend une heure pour aller méditer dans le dojo. Un dernier qui va le temps de quelques semaines assurer une mission d’intérim dans un autre service que le sien…   l’entreprise libérée telle qu’elle est vécue à Haute-Savoie Habitat offre une diversité d’aspects qui ont tous en commun la confiance, la liberté, la responsabilisation. « On parie sur l’intelligence des salariés », explique Jean-Michel Verthuy, directeur des ressources humaines de l’office. Et ça fonctionne, même si cela a supposé pour beaucoup de bousculer ses habitudes, ses certitudes. Même pour le DRH : « En tant que DRH, l’entreprise libérée, au début, il faut l’avouer c’est un peu effrayant. On a beaucoup plus l’habitude de s’appuyer sur des procédures ! ». 

Si Haute-Savoie éprouve depuis un an le concept d’entreprise libérée, c’est l’aboutissement d’un réflexion engagée il y a quelques années. L’entreprise s’est d’abord intéressée à la RSE puis a élaboré un projet d’entreprise basé sur la confiance, intitulé Cap Confiance. « Le postulat de départ reposait sur les rapports de confiances de l’office avec les différentes parties prenantes externes ou internes : élus, locataires, salariés... Dans le même temps, nous avions mis en place un groupe de travail avec les salariés, en lien avec les IRP,  pour réfléchir à ce que l’entreprise pouvait faire pour améliorer la qualité de vie au travail. C’est d’ailleurs dans ce cadre-là, en travaillant sur la réduction du stress au travail, que nous avions décidé d’aménager un dojo », poursuit Jean-Michel Verthuy.

Enfin, le DRH de l’office et son directeur général Pierre-Yves Antras assistent à une conférence  d’Isaac Getz, « spécialiste » de l’entreprise libérée. Ce sera l’élément déclencheur. « En sortant de la conférence, Pierre-Yves Antras m’a dit :  c’est vers ça qu’on doit aller. Et on l’a fait », se souvient encore Jean-Michel Verthuy avant de souligner : «  Sans la volonté forte du dirigeant, ça ne peut pas marcher ».

Régler en douceur  le problème de la gestion du temps de travail

Les choses vont ensuite très vite puisque la conférence a lieu en octobre 2014, et début 2015 un documentaire diffusé sur Arte est projeté aux salariés sur le bonheur au travail.  Le directeur général rencontre ensuite tous les services pour donner les clés de la démarche de l’entreprise libérée. La première mesure concerne la gestion du temps de travail.

Suivent ensuite la possibilité pour chacun de travailler à distance d’où il veut : chez lui, une agence plus proche de son domicile, etc.  L’intérim interne est également mis en place, et le codir est ouvert une fois par mois à qui le souhaite. Les mots d’ordre de la démarche sont  dialogue, décloisonnement, implication de chacun...

Ainsi, les salariés qui le souhaitent peuvent participer à la réflexion sur l’aménagement des locaux.  Les équipes sont encouragées à régler leurs soucis entre eux, sans faire appel à la hiérarchie, par exemple pour poser les congés.  En cas de recrutement, les futurs salariés pressentis rencontrent l’équipe dans laquelle ils devront évoluer. Chacun leur explique comment l’équipe fonctionne, les tâches à effectuer, etc. Les salariés ne décident pas de l’embauche mais sont associés au processus de recrutement.

Enfin, cette année, pour la prime de rendement, les équipes sont invitées à décider elles-mêmes des critères d’attribution.

Concrètement, cette entreprise libérée a permis de régler le problème de gestion du temps de travail.  Cela permet aussi à l’office qui a connu une certaine croissance, avec les recrutements qui vont avec, de gérer plus facilement son problème de place. « On ne peut pas pousser les murs. Les gens qui travaillent de chez eux c’est un plus pour nous ».  Face au problème de stationnement et plus globalement de circulation, notamment en termes de pollution, la solution du télétravail ou du bureau plus proche de chez soi est tout aussi satisfaisante. A terme l’office veut aller vers des bureaux banalisés, dans des open space chaleureux, type salon cosy,  où chacun peut choisir à quel bureau il va s’installer. Ses dossiers sont sur le réseau, la liberté est totale.

Un « batomètre » envoyé chaque mois

Pour ceux qui éprouvent des réticences et ne souhaitent pas changer leur mode de fonctionnement, là encore la liberté est préservéeLe DRH explique en effet :  « Il y en a qui ont continué à remplir les plannings parce qu’ils avaient peur qu’on leur reproche de ne pas faire leur travail. Et puis un jour ils ont envie de reprendre une activité sportive et sont heureux de pouvoir arriver à 11 h au travail un matin par semaine, après s’être mis d’accord avec leurs collègues… »

De même certains dispositifs ne répondent pas à tous les problèmes. Ainsi, l’intérim interne n’empêche pas de faire appel à de vrais intérimaires extérieurs pour certaines missions.

Avec un an de recul seulement, les choses sont encore amenées à évoluer. D’ores et déjà chaque mois un questionnaire, le « batomètre », est envoyé à chaque salarié, libre à lui de le remplir ou pas, pour mesurer son bonheur au travail. Enfin, la prochaine enquête satisfaction après des locataires permettra aussi de mesurer un éventuel impact de l’entreprise libérée sur les locataires. « Nous avons été très transparents avec eux, notamment au sein  du conseil d’administration, sur la démarche. Et nous surveillons évidemment de près la satisfaction client ».

Pour les locataires, les missions continuant d’être assurées comme avant, les conséquences ne devraient guère être négatives. Au contraire, avoir des agents heureux en face de soi ne saurait être préjudiciable à la qualité de service !

Il faut cependant noter que Haute Savoie Habitat n’emploie pas de gardiens d’immeuble. « Mais nous avons des agents d’entretiens. Et pour le locataire, l’essentiel c’est que l’entretien soit fait, pas l’heure à laquelle il est fait », souligne néanmoins Jean-Michel Verthuy.

On l’aura compris, chez Haute-Savoie Habitat, l’entreprise libérée répond à de vraies convictions. Et notamment celle que l’on peut être heureux au travail.

Un  prix du management

Haute-Savoie HABITAT vient de recevoir le prix de l’InnoManagement 2016, l’entreprise la plus innovante de l’année 2016, catégorie management. Ce trophée lui a été remis dans le cadre de la première édition du prix InnoWards, organisé le 27 octobre dernier par le titre de presse « Acteurs de l'économie-LaTribune ».

Ce grand prix de l’innovation Auvergne Rhône-Alpes a récompensé cinq parcours innovants issus du territoire Savoie – Mont-Blanc et notamment des personnalités capables de s'affranchir de l'existant pour audacieusement façonner l'avenir, produire des idées nouvelles pour réenchanter l'entreprise, révolutionner un marché ou bousculer les modèles sociaux ou de pensée.

Haute-Savoie HABITAT s’est vu décerné le prix InnoManagement de l’année pour sa démarche d’entreprise libérée, repérée dans les médias par les journalistes membres du jury.

A propos d’Haute-Savoie Habitat

Haute-Savoie HABITAT est un office départemental  gérant  plus de 17 100 logements, répartis sur 160 communes.  Il compte 229 salariés (uniquement de droit privé) dont plus de 73% sont en relation directe avec la clientèle.

A voir : la vidéo avec le témoignage des salariés de Haute-Savoie Habitat

 

 

Mots clés bonheur rse
Créé par Salima NEKAA-BOURET le 30/11/2016 15:55

Federation Nationale des Offices Publics de l'Habitat - 14 Rue Lord Byron - 75384 Paris CEDEX 08