Les Offices publics de l'Habitat » Centre de ressources » PARIS HABITAT : A PARIS, SOLIDARITE ET MIXITE FONT BON MENAGE

PARIS HABITAT : A PARIS, SOLIDARITE ET MIXITE FONT BON MENAGE

Modifié par Salima NEKAA-BOURET le 18/12/2017 17:39
Email Facebook LinkedIn Twitter

Cacher les détails

Auteur(s):  Emmanuel BONZE,  Salima NEKAA-BOURET

Entité: FOPH

Récompensé par le prix Logements et Territoires 2017 dans la catégorie « Programmes solidaires », le projet de colocation solidaire d’étudiants mis en œuvre par Paris Habitat met en lumière le rôle pivot des bailleurs sociaux dans la création de cohésion sociale.

Et préfigure de nouvelles façons de favoriser la mixité et l’échange solidaire au sein des résidences.

La mixité sociale prend bien des formes dans son expression. Celle imaginée par Paris Habitat et ses partenaires s’inscrit dans une démarche de redynamisation globale de la cité Bonnier. Dans le quartier de Ménilmontant, ce grand ensemble sensible de près de 380 logements, constitue un site complexe à plusieurs égards, du taux de précarité important des populations qui y sont hébergés à la gestion et à la définition des espaces communs. Il sera d’ailleurs transformé prochainement à travers un programme ambitieux comprenant notamment la requalification des pieds d’immeuble.

Une convergence de vues entre la Ville, Sciences Po et Paris Habitat

Le projet de colocation solidaire qui s’inscrit dans cette ambition globale de redynamisation naît d’un « alignement des planètes » et surtout des points de vue entre la Ville de Paris désireuse de développer le concept, Paris Habitat soucieux d’amener de la mixité sociale sur un site complexe, et Sciences Po qui encourage l’engagement associatif de ses élèves. Le principe est simple : 21 logements sont mis à la disposition de 30 étudiants en location ou colocation meublée, à prix modéré. Ces derniers consacrent 4 à 5 heures hebdomadaires à des activités associatives au niveau de la résidence ou de l’arrondissement. « L’engagement et le soutien croisés des différents partenaires – de la Mairie Centrale et de la Mairie du 20e en passant par les services de la Ville de Paris étaient essentiels pour donner vie au projet, précise Hannah Fischer-Baum, responsable de projet chez Paris Habitat. Car c’était un pari audacieux. »

Des étudiants engagés dans la vie du site

Dans les faits, les candidatures ont été sélectionnées en fonction de la motivation et des projets des étudiants, ainsi que leur difficulté à trouver un logement et leur statut (préférentiellement) de boursier. La maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères a aussi été prise en considération. Pour Sciences Po, il s’agit de mettre l’internationalisation de son corps étudiant au service du bien commun et de former de futurs acteurs qui comprennent et transforment la société. L’aspect de mixité sociale se retrouve dans la diversité des profils et des nationalités des étudiants colocataires, un véritable patchwork de cultures où canadiens, ivoiriens, italiens, vénézuéliens, etc. cohabitent harmonieusement entre eux et avec les résidents. Dans leur emménagement, les étudiants ont été accompagnés par le gestionnaire du site, Coop Coloc, ainsi que par les personnels du site, les gardiens en premier lieu, très présents pour faciliter leur intégration. Aujourd’hui, chacun a formalisé son implication dans une des associations de quartier identifiées par Paris Habitat, que ce soit pour des activités de soutien scolaire ou de promotion du développement durable notamment. Une grande partie de ces actions se déroule sur le site en lien avec des objectifs fixés par le projet urbain en concertation avec les habitants. Un jardin potager a par exemple été créé et est animé par les étudiants, et où les enfants des locataires bénéficient de l’accompagnement scolaire. « Nous avons informé nos locataires au mois de juillet par courrier et via notre permanence, et constaté que ceux-ci étaient sensibles à cette initiative, désireux de voir un changement et le site se transformer. La seule inquiétude exprimée concernait la différence de rythmes entre les étudiants et les résidents, des familles pour l’essentiel. C’est un point de vigilance que nous suivons de près », explique encore Hannah Fischer-Baum.

Une initiative évaluée et récompensée

Au final, l’accueil et l’intégration se sont déroulés sans accroc. « Les étudiants sont désormais partie intégrante de la vie du site et y apportent leur plus-value en termes de cohésion et d’enrichissement, ils contribuent à faire évoluer le regard et le vécu de la Cité Bonnier, relève Olivia Le Déaut, directrice de territoire chez Paris Habitat. Le projet remplit ses objectifs, pour un investissement qui se révèle limité, et qui se chiffre pour l’essentiel, au-delà du coût de gestion, en temps et en ingénierie. » Le projet a donc atteint son rythme de croisière et sera évalué régulièrement par un comité de pilotage dédié, avec des questionnaires qui seront renseignés par les étudiants locataires et les associations partenaires.

Le prix Logements et Territoires 2017 vient quant à lui récompenser cet effort collectif, la vigueur du partenariat mis en place et la pertinence du projet dans sa globalité. « Il souligne la responsabilité élargie des bailleurs sociaux, conclut Olivia Le Déaut. Nous ne sommes pas là uniquement pour produire du logement, mais aussi pour contribuer à la cohésion des territoires, avec des solutions nouvelles et parfois hors-cadre. »

Paris Habitat.jpg

Photo Paris Habitat

Créé par Emmanuel BONZE le 14/12/2017 11:11

Federation Nationale des Offices Publics de l'Habitat - 14 Rue Lord Byron - 75384 Paris CEDEX 08